Notre Vignoble

Petit par la taille, grand par sa qualité, le vignoble des vins de Domme est morcelé telle une mosaïque reflétant toute la diversité des grands terroirs du Sud Ouest

Le vignoble des Vins de Domme

Le plus petit vignoble de France

Situé dans le Sud-ouest de la France, dans une région appelée le Périgord Noir, le vignoble de Domme avec 18 hectares de vigne est l’un des plus petit vignoble de France.

Adossées aux coteaux du Céou, dans les 14 communes du canton de Domme et 2 communes riveraines, les vignes bénéficies d’une parfaite exposition solaire avec une altitude de 100 à 250 mètres. 

Nos sols sont majoritairement composés d’argile et de calcaire, propices à la culture des 5 cépages autorisés de l’IGP “Vin de Domme”. Ces terres donnent du caractère et de la souplesse à nos vins.

IGP Vin de Domme

Depuis 2012 nous intégrons la grande famille de  l’Identité Géographique Périgord (IGP), sous dénomination « Vin de Domme », soumis à un cahier des charges.

Nous effectuons un suivi qualité rigoureux, effectué par une commission composée de techniciens, de viticulteurs, et de membres de l’Association des Amis du Vin de Domme, qui passe 2 à 3 fois par an dans toutes les parcelles pour conseiller les viticulteurs, et contrôler le respect du cahier des charges de la Cave Coopérative..

Notre cahier des charges établit trois contrats avec des règles précises de production:
– Entrée de gamme : 80hl/ha maxi (Cuvée Rosé et Gourmandise)
– Milieu de gamme : 60hl/ha maxi (Cuvée Tradition)
– Haut de gamme : 45hl/ha maxi (Cuvée Périgord Noir, Mono Cépage et « Lo Doma »)

biodiversité

une viticulture responsable

Nous somme engagés dans une agriculture plus respectueuse de notre environnement

L’objectif est de préserver la biodiversité au sein de nos parcelles afin qu’il participe au bon développement de la vigne et du raisin. Nous utilisons donc des techniques douces, respectueuses de notre environnement, en essayant d’impacter au minimum le cycle naturel de la vigne et en favorisant la diversité de son écosystème.

50% de notre vignoble est en conversion biologique, les vignes sont traités avec du Cuivre et du Soufre. Pour l’autre moitié du vignoble nous nous laissons le choix de revenir sur du conventionnel en cas de conditions particulières (intempéries climatiques, pression des maladies, etc.).

Due à la diversité des terroirs et des compétences et savoirs de nos viticulteurs, chaque parcelle bénéficie d’un travail adapté à son profil. Un lien sacré s’établit entre cette terre et ces passionnés de la vigne, en quête d’équilibre et de biodiversité.

Le vignoble

Superficie vignoble
24 ha et 4000 pieds/ha

Type de sol
sol argilo-calcaire

Cépages rouges et rosés
53% de merlot
36% de cabernet franc
6% de malbec

Cépages blanc
4% de Chardonnay
1% de sémillon

Taille en Guyot simple et double

La vendange

Vinification parcellaire

Les vendanges ont toujours le même ordre chronologique :

1 : On commence par la récolte de nos cépages destinés à faire le blanc : le chardonnay et le sémillon
2 : Puis les vignes de merlot, cabernet franc et malbec destinées à faire les deux rosés
3 : Et pour finir, par les vignes de merlot, cabernet franc et malbec destinées à faire les différentes cuvées de Rouges.

Nous vendangeons manuellement et mécaniquement (50/50). Tous les apports sont pesés grâce à un conquet. Ce poids est la base du calcul pour la rémunération de nos viticulteurs.

Pour les Rouges, nous dégustons les raisins de toutes les parcelles, afin de définir des lots (parcelles) homogènes de qualité. Cela permet d’organiser les vendanges entre chaque viticulteur, et de faire des vinifications parcellaires, dans le but d’exprimer au mieux le potentiel de chaque parcelle.

Nous utilisons exclusivement des barriques en chêne français, provenant de la forêt de Tronçais ou du centre de la France. Les barriques sont réformées au bout de trois/quatre ans, et l’élevage est d’une durée minimale de 12 mois.

La vinification

En 1998, la Communauté de Communes du Canton de Domme et l’Association des Amis du Vin du Pays de Domme, font construire un chai, pour valoriser l’image du Vin de Domme et assurer une production qualitative grâce à des équipements fonctionnels.

Un espace de vinification équipé en cuve inox thermorégulées et un chai à barriques souterrain accueillant 48 barriques de 400L, voit le jour.

Les blancs sont vinifiés et élevés en barriques neuves de 400 litres. Tous nos rosés sont issus d’un pressurage direct, vinifiés et élevés en cuves INOX. Pour les rouges, la cuvée Périgord Noir est la seule à être élevée en fût de chêne.La vinification est suivie par Guillaume BRUJON, maître de chai en collaboration avec le laboratoire d’œnologie THIOLLET.

Un passé prestigieux

Depuis l’époque gallo-romaine

Depuis l’époque gallo-romaine (vers 50 avant J.-C) des traces de la vigne peuvent être recueillies dans le Périgord méridional.

Vers 1260, le comte de Toulouse perçoit la « vinée » sur certains territoires dans la région de Domme.

Au XVème siècle les minutes des notaires à Domme et Sarlat contiennent un certain nombre d’acencements, de reconnaissances ou d’actes divers faisant état de vignes.

A partir du XVIème siècle, la vigne prend de plus en plus d’ampleur. On trouve mention de vignes à Domme, Florimont et à Cénac. Ces vins étaient transportés par les gabariers de la Dordogne au départ du port de Domme et du port de Castelnaud vers Bordeaux. Les terrains produisaient des vins de grande qualité, qui étaient, servis à la Cour du Roi !

Au XVIII ème, la vigne prend un tel essor qu’elle devient une quasi monoculture en pays Dommois. Le vin est expédié de Bordeaux vers l’Angleterre, l’Europe du Nord et une partie est expédiée vers l’Asie (Saïgon).

Les Bordelais ne voient pas d’un très bon œil ces vins du haut pays (Périgord, Quercy, Agenais, Languedoc), se vendre dans leur ville ou même transiter par elle. Ils mettent un nombre considérable d’obstacles à ce commerce. Tant et si bien que les producteurs de la région intentent un procès aux échevins de Bordeaux, en 1772. Ils le gagnent en 1773.

Vers 1835 dans l’enquête de Cyprien Brard, ingénieur des mines, plus de 35 cépages sont cités. Les principaux: le pied de perdrix, le sauvignon (blanc), le fer, le boucher, le merlot.

Dans les années 1870-1880, avant l’épidémie de phylloxera, le vignoble du vin de « Dôme » est le 2ème de Dordogne, après Bergerac, avec 2700ha de vignes. C’est une période prospère, où le moindre lopin de terre est cultivé.

L’épidémie de phylloxera

La destruction du vignoble

Dans les années 1870, l’épidémie de phylloxera atteind le Périgord et ravage le vignoble. En Dordogne, il tombe de 107 000 ha à 21 800 ha. En Sarladais, plusieurs facteurs défavorables firent échouer les tentatives de reconstitution du vignoble, notamment la grande ponction en hommes opérée par la guerre de 1914-1918.

Ce puceron introduit accidentellement en France (dans des pieds de vignes américains) a détruit en quelques années une très grande partie du vignoble français et a provoqué la disparition de cépages et de vignobles ancestraux.

Depuis 1994, la cave coopérative et l’association des amis du vin du pays de Domme collabore pour faire renaître le vignoble de Domme !

En 1993, autour d’une bonne table du Périgord, à Bouzic, au cœur de notre vallée du Céou, furent posées les bases du renouveau, avec la création de l’Association des Amis du Vin du Pays de Domme et l’objectif de l’implantation d’une vigne expérimentale.